contact@estivales-tantra.fr

Tantra sexe?Tantra : un mot qui n’est jamais neutre. Certains rient, d’autres s’intéressent, les derniers trouve ça « dégoûtants » mais en fait personne ne sait vraiment ce qu’est le Tantra si ce n’est qu’il est question de sexe…Voyage au pays du Tantra…

Le Tantra parle-t-il de sexe ?

Le Tantra regroupe un ensemble de techniques qui incluent toutes formes d’énergies y compris l’énergie sexuelle. Celle-ci est à la base de toutes formes de vie car c’est par elle et avec elle que nous naissons. Toutes nos cellules sont chargées de cette énergie vitale et nous rayonnons de et part elle. De fait, elle est facilement accessible, et à notre portée. C’est aussi un endroit de nous où s’exerce une forte attraction et de grands conditionnements.

La plupart des gens tournent autour de l’énergie sexuelle, la répriment, la nient, entretiennent avec elle une relation conflictuelle, tentent de la détruire et se consument de l’intérieur. Or, l’énergie sexuelle, est l’énergie de la vie et à ce titre une partie, un aspect de nous-même.

Cette énergie n’est ni néfaste, ni bonne. Elle est neutre. Seule notre relation à l’énergie sexuelle peut être néfaste ou bonne. L’énergie sexuelle est nous. Et nous pouvons l’utiliser à notre avantage ou non. L’ accueillir, l’accepter, l’inclure dans notre vie, vivre notre désir sans nous s’y perdre et s’ouvrir à l’amour. Voilà la voie du Tantra.

Définir le désir

Il ne s’agit pas, bien évidemment de s’abandonner à tous les désirs ou d’explorer tous les fantasmes qui nous viennent à l’esprit ni même d’accumuler toutes sortes d’expériences sexuelles. En effet, le Tantra propose des moyens efficaces de transformation de notre énergie vitale et plus particulièrement de notre énergie sexuelle par une prise de conscience de nos désirs et de leurs limites. Il y a une grande différence entre s’abandonner à une pulsion en toute inconscience et vivre un désir en étant vigilant à nos émotions refoulées, à nos projections, à nos attentes, nos blessures ou nos névroses. Traverser nos désirs et les expérimenter avec vigilance permet de transformer ces désirs en énergie vivante et puissante. Cette attitude permet la libération de nos énergies bloquées, les fluidifie, les allège et ouvre la porte vers une sexualité plus libre, plus saine, naturelle et plus joyeuse.

l’acte sexuel vu par les yeux du Tantra

La sexualité tantrique diffère de la sexualité ordinaire. Dans la sexualité «classique» l’acte sexuel sert essentiellement à la décharge; à soulager une tension. L’énergie monte, une sorte de folie embrase les corps, les protagonistes atteignent un pic d’excitation puis…survient l’effondrement de l’énergie… c’est la fin. L’énergie est alors projetée vers l’extérieur et dans le meilleur des cas s’ensuit une chute d’énergie qui conduit soit au sommeil soit à une dépression post coïtale.

Après l’acte sexuel, les partenaires trouvent la plupart du temps de la détente, du calme, parfois plane un sentiment d’amour mais d’autres fois pour l’un ou l’autre se révèle de la culpabilité, de la frustration, de la colère, du dégoût, une déprime…

La sexualité tantrique ne recherche pas le pic de l’excitation mais propose de surfer sur les montées et les descentes de l’énergie sexuelle de manière consciente. Cette proposition permet d’accéder à un état de «vigilance au repos», un état d’éveil associé à la détente sans rechercher un but. Elle permet d’éviter de projeter son énergie à l’extérieur de soi et de la perdre. Au contraire, en la contenant, elle prolonge la durée du plaisir et ainsi ouvre des espaces de conscience et de cœur plus larges. C’est ce que nous appelons «l’orgasme de la vallée» .

Contenir son énergie

Le Tantra propose de nombreux exercices pour apprendre à «sentir», contenir et activer son énergie. Il permet de lever les blocages qui s’opposent à la libre circulation de notre énergie vitale. Ces blocages sont nos pensées limitantes, nos projections, nos croyances ou blessures psychologiques. Le Tantra aide à préserver et à aimer notre corps comme un « temple » précieux qui sert et porte la vie.

La circulation de notre énergie peut être stimulée et régulée soit seul(e) ou à deux et nous pouvons nous y entrainer. Le premier bénéfice de la contention est de réduire, voire de stopper notre déperdition d’énergie vitale en la maintenant en circulation de façon continue. Le deuxième bénéfice de cette circulation auto-entretenue et fluide, est un accès naturel à un état de conscience élargi empreint de sentiments de paix et d’unité.

Comment contenir son énergie sexuelle ?

Visualisons un axe “puissance-conscience”, partant du bas du corps jusqu’au sommet de la tête. Imaginons une braise à la base de la colonne. À l’aide d’une respiration adaptée, nous allons simplement entretenir cette flamme délicate. Nous créons avec notre souffle sur cette braise une pression suffisante pour faire monter la chaleur (notre énergie) le long de cet axe. Le feu de la base se canalise alors vers le haut sans que des fuites permanentes d’énergie en affaiblissent la conduction. Ainsi la contention est utilisée pour recentrer et accompagner notre énergie dans son processus d’élévation.

Ces pratiques entretiennent la vitalité, raffinent l’énergie et ouvrent le cœur. Les textes Tantriques, affirment que plus les partenaires ont de l’expérience et de l’âge, plus leur énergie est vibrante et revitalisante, alimentant un mode de vie lumineux, joyeux, une bonne santé et une conscience élargie. Alors qu’attendons-nous pour se mettre au travail ?

Pratique spéciale pour les hommes

Pour expérimenter l’orgasme de la vallée, l’homme devrait pouvoir contrôler son éjaculation et la dissocier de la recherche du plaisir. Mantak Chi, un maître Taoiste reconnu, l’appelle «la puissance de maintien». Selon lui, elle s’acquiert en «apprenant à se détacher mentalement de la sensation d’excitation» notamment en connaissant parfaitement son propre degré d’excitation individuel et non en l’ignorant. Plus l’homme apprend à sentir son corps et ses réactions, plus il sent la montée du plaisir. Pour parvenir à cette maitrise de soi, de nombreux exercices sont décrits dans son excellent ouvrage : l’énergie sexuelle masculine.

Il n’y a rien à contrôler

Pour beaucoup, il est antinomique voir impossible de à la fois contrôler son éjaculation, conscientiser ses émotions, ses désirs et se laisser aller dans l’acte sexuel.

Comment s’abandonner au plaisir des corps qui se rencontrent, à l’extase, tout en restant conscient? C’est qu’ici, il ne s’agit pas de contrôle mais de relaxation! Juste se détendre dans ce processus. Voilà l’enjeu, le contrôle est un effort; la relaxation est un abandon:

Le Tantra invite à prendre son temps, d’en jouir lentement; comme d’ une promenade matinale et non comme une course vers le bureau, c’est tout différent. (…) Lorsque vous vous promenez dans le petit matin, vous n’avez pas à vous dépêcher parce que vous n’allez nulle part. Pas de hâte, pas de but. Vous pouvez faire demi-tour quand vous le voulez.

Osho

 

Pour arriver à cet état, rien ne vaut d’en faire l’expérience!

Que se passe-t-il lors de l’extase sexuelle?

Lorsque nous faisons l’amour de manière tantrique, nous nous impliquons totalement, nous oublions tout ce qui est périphérique. Le mental avec ses pensées, les émotions avec leurs débordements, tout cela n’a plus une place centrale. L’attention est orientée vers les sensations du corps dans l’ici et maintenant et seuls comptent l’harmonie des corps, les limites qui s’estompent, les sensations fondues qui ondulent dans un seul mouvement, transcendant la dualité de l’union corporelle et des êtres.

Dans cet instant, les deux amants ne font plus qu’un. Il n’y a plus deux corps, deux esprits, deux systèmes émotionnels qui se rencontrent mais seulement un parfum d’unité dans lequel même le temps disparaît… Ne reste que le mouvement, la pulsation des coeurs qui s’ouvrent. Nous nous sentons alors faire partie du cosmos qui prend conscience du tout. Une grande quiétude nous envahie et la porte qui mène vers à l’être s’ouvre.

Une démarche d’épanouissement de soi

Le Tantra n’est donc pas le sexe pour le sexe. Certes, il aborde la question du sexe, de la sexualité et plus largement celle de la relation mais s’arrêter à cet aspect du Tantra, c’est comme se perdre à mi-chemin dans une sorte de «parc d’attraction» jusqu’à en oublier la vraie vie. La voie du Tantra demande de s’émanciper de la fascination du désir et plus particulièrement de celui du sexe et de grandir vers une sexualité consciente de chaque instant qui dépasse l’objet même du désir dans une présence à soi et dans toutes situations de la vie.

Corinne FontaineLa Voie de l’écologie Intérieure

 

FrenchEnglish